AGS Déménagements

Conduire au Canada : ce que vous devez savoir avant de déménager

Vous déménagez de la France au Canada ? Lors de votre arrivée au Canada, vous aurez sans doute besoin d’une voiture pour aller découvrir les plus grands espaces naturels ou pour vos déplacements quotidiens. Mieux vaut alors bien connaître les formalités à mener pour pouvoir conduire en toute sérénité sur les routes canadiennes et québécoises.

Posted in: Actualite en bref
Tag(s):
Published Date: 07 octobre 2021


Colorful sunset while driving in Canadian Rockies

Posséder une voiture et conduire au Canada devient vite un sujet lorsqu’on arrive sur place. Les distances peuvent vite devenir importantes et la découverte des paysages variés du pays vous donnera sans doute envie de le traverser dans tous les sens.

 

Si vous possédez déjà un permis de conduire

Votre permis a été délivré en Allemagne, en France, en Belgique ou encore au Japon ? Bonne nouvelle : ces pays ont passé un accord de réciprocité avec le Canada. Vos démarches en seront donc simplifiées !

 

  • Les premiers mois sur place

Dans un premier temps, en tant que nouvel arrivant au Canada, votre permis étranger vous permet de rouler sur les routes canadiennes pendant les six mois qui suivent votre arrivée sur le territoire. Attention, néanmoins, la durée d’autorisation varie parfois selon les provinces (six mois au Québec contre douze en Ontario).

Que vous soyez donc résident temporaire, étudiant ou simple visiteur, vous pouvez rouler avec votre permis français pendant cette période. Vérifiez bien la validité de votre permis et la catégorie de véhicule que vous pouvez conduire avec pour éviter tout impair.

Pour les amateurs de camions ou les conducteurs de taxis, prenez garde, car le permis étranger ne vous permettra pas de conduire sur place. Il vous faudra repasser des examens locaux.

Si le permis étranger suffit, il est pourtant recommandé de le compléter d’un permis international avant votre départ sur place. En effet, le français n’est pas une langue connue dans toutes les provinces et avoir en poche un permis international rédigé en anglais pourra vous simplifier la tâche.

Pour l’obtenir, la demande doit être faite assez tôt avant votre départ (environ 3 mois) auprès de l’Agence Nationale des Titres Sécurisés (ANTS). Et une fois au Canada, vous ne pourrez plus réaliser cette demande.

« Nos équipes françaises accompagnent les personnes sur le départ pour le Canada ou le Québec dans l’ensemble de leurs démarches, souligne Sophie Lucas, Directrice Générale AGS France. L’objectif est que leur arrivée sur place soit la plus fluide possible ».

  • Après la période d’autorisation

Driving licence document in Canada

Passé la période d’autorisation de rouler avec votre permis étranger, il vous faudra simplement entreprendre des démarches pour échanger votre permis auto ou scooter contre un canadien. Sans à avoir à repasser l’examen de conduite, vous bénéficierez du permis local.

La marche à suivre est simple du moment que vous avez plus de 16 ans, que vous êtes titulaire d’un permis autorisant la conduite d’une automobile, d’une moto ou d’un scooter et que vous pouvez attester que vous résidez au Canada. Il vous suffit de prendre rendez-vous, de présenter les documents demandés (permis de conduire, attestation de résidence, droit de séjour…) et de débourser environ 20 dollars pour obtenir le fameux sésame. Comptez entre deux et trois mois pour détenir entre vos mains votre permis canadien.

Attention, pour le permis moto, des examens de compétence sont obligatoires en amont de l’échange. De même, si vous vous rendez compte une fois sur place que votre permis étranger a expiré, vous devrez réussir des examens de compétence pour obtenir le permis local.

 

Si vous ne possédez pas le permis avant d’arriver au Canada

Vous avez envie de vous lancer dans la conduite d’une voiture ou d’une moto pour arpenter les grands espaces canadiens ou traverser les capitales du pays ? À vous de jouer ! Selon la province d’habitation, l’examen peut différer et comprendre ou non un examen écrit sur le Code de la route comme en France et un à deux examens de conduite. Vous pouvez suivre des cours de conduite en amont pour vous préparer en vue des examens de conduite.

« En lien avec nos partenaires locaux, nos équipes peuvent aider les futurs candidats au permis à trouver l’auto-école la plus adaptée à leurs besoins ou les soutenir dans leurs démarches auprès des administrations locales », assure Sophie Lucas.

 

Des règles de conduite spécifiques pour conduire au Canada 

Road Signs Driving in Canada

Vous êtes en règle pour conduire au Canada et dans ses différentes provinces. Encore faut-il bien connaître les habitudes de conduite là-bas. Prenez le temps de vous familiariser avec les règles de conduite.

Les lois en matière de conduite automobile sont appliquées avec rigueur et les sanctions imposées sont généralement sévères. Procurez-vous le guide sur la conduite automobile publié par l’instance responsable des véhicules et de la conduite dans votre province.

Par exemple, sachez qu’il est interdit de dépasser un bus scolaire si ses clignotants sont allumés et son panneau « arrêt » affiché. Les priorités à droite n’existent pas lorsque vous arrivez à une intersection. À vous de marquer l’arrêt au panneau et la priorité sera pour le premier véhicule arrivé au carrefour. La vitesse est limitée à 50 km/h en ville, 100km/h sur les autoroutes, qui sont majoritairement gratuites.

Les autorités veillent également à ce que les conducteurs soient totalement aptes à prendre le volant. Au Québec par exemple, tous les conducteurs doivent satisfaire à des exigences liées à l’état de santé et à la vision. La fréquence des contrôles médicaux ou visuels varie en fonction des classes de permis de conduire et de l’âge.

Les conducteurs ont également l’obligation de signaler tout changement pouvant nuire à leur capacité de conduire dans les 30 jours suivants le diagnostic. La société d’assurance automobile au Québec (SAAQ) examinera votre dossier et vous indiquera si vous pouvez ou non continuer à conduire.

 

N’oubliez pas l’assurance !

Par ailleurs, au Canada, il est illégal de conduire sans assurance automobile. Si vous possédez un véhicule, vous devez avoir une assurance. Si vous conduisez régulièrement une voiture qui appartient à un membre de votre famille ou à un ami, assurez-vous d’ajouter votre nom à sa police d’assurance automobile. Il existe différentes polices d’assurance, dont le coût varie en fonction de votre âge, votre lieu de résidence et votre expérience de conduite.

 

Vous avez besoin d’un accompagnement ou besoin de conseils pour préparer votre expatriation ? Vous pouvez contacter Sophie Lucas, Directrice Générale AGS France : sophie.lucas@agsfrance.com

Contact