AGS Déménagements

Location ou achat :
tout ce qu’il faut savoir pour se loger au Canada

Trouver un logement au Canada s’avère souvent plus facile qu’en France ou dans d’autres pays.
Pour optimiser ses recherches, mieux vaut connaître les bons plans et les codes canadiens.

Posted in: Relocation
Tag(s):
Published Date: 24 août 2021


Pour les plus stressés ou ceux qui ont besoin d’une adresse sur place avant leur départ, vous pouvez entreprendre de premières recherches pour trouver votre location sur internet. Certaines annonces proposent des appartements disponibles plus tard et les dates peuvent correspondre à votre arrivée. Parmi les sites les plus intéressants pour votre recherche, optez pour le site de référence Kijiji, toutmontreal, le premier organisme immobilier du pays Remax ou encore RentBoard.

Des propriétaires pourront accepter de vous rencontrer à distance via Zoom, Teams ou Skype. Certains accepteront même de vous faire visiter l’appartement via l’outil. Malgré tout, sachez que les propriétaires préfèrent souvent rencontrer les futurs locataires en personne.

 

Des écarts de prix selon les villes et les quartiers

Si vous débutez votre recherche une fois sur place, prenez quelques jours pour découvrir la ville avant de vous aventurer dans les recherches et les visites. Faites le tour des quartiers et renseignez-vous sur les spécificités de chacun pour évaluer celui qui vous correspondrait le mieux. « Nos partenaires locaux nous aident dans l’accompagnement des expatriés au Canada et mettent à disposition l’ensemble de leurs bons plans et astuces pour faciliter l’arrivée sur place », assure Sophie Lucas, Directrice Générale AGS France.

Le coût d’une location varie entre les différentes régions, les grandes villes étant généralement plus onéreuses que les plus petites ou moyennes. Vancouver et Toronto sont réputées pour être les plus chères du Canada, alors que Montréal serait un peu moins chère. Québec, Ottawa, Moncton, Sherbrooke, entre autres, sont plus accessibles.

Si Internet reste un bon moyen de chercher, ouvrez aussi les yeux lorsque vous êtes dans la rue : des annonces sont parfois affichées dehors sur des panneaux « vacancies » ou « À louer », mais aussi dans les commerces, cafés ou laveries. Le réseau constitue aussi une piste intéressante pour vous aider. Si vous avez déjà un contact sur place, n’hésitez pas à le solliciter comme les membres de la communauté d’expatriés au Canada, qui pourront vous livrer leurs petits secrets.

 

Connaître les codes canadiens

Avant de foncer dans les visites, mieux vaut savoir décrypter les petites annonces. Au Québec par exemple, ne soyez pas surpris de voir apparaître des « 1, ½, 2 ½ ou 3 1/2 ». Il s’agit du nombre de pièces dans l’appartement. Le ½ correspond à la salle de bain, qui compte comme une demi-pièce. Un semi-meublé comprend l’électroménager de base, alors que le meublé est composé en plus d’un lit, une table, des chaises et de lampes par exemple. Au Canada anglophone, half bathroom correspond aux WC avec un lavabo, condo à un appartement dans un immeuble qui contient une piscine ou salle de musculation, et une townhouse est une maison mitoyenne.

Une fois votre sélection faite, lancez-vous dans les visites. Mieux vaut visiter en personne et prendre son temps. Pensez à vérifier l’isolation thermique et sonore, l’état de la plomberie et les traces éventuelles de punaises de lit. Les appartements sont souvent équipés d’une machine à laver et d’un sèche-linge.

 

Des propriétaires plutôt souples

Si vous trouvez votre bonheur, les propriétaires ont le droit de vous demander des preuves d’emploi ou de procéder à une enquête de crédit pour vérifier votre solvabilité. Mais bonne nouvelle : de nombreux propriétaires sont plutôt compréhensifs et ont l’habitude de louer à de nouveaux arrivants. Au Canada, la signature d’un bail n’est pas obligatoire, bien qu’elle soit préférable. Un simple accord verbal suffit pour vous engager auprès d’un propriétaire. Assurez-vous aussi de la durée de la location. Généralement, les locations durent un an.

La plupart des baux se terminant au 1er juillet, les annonces sont particulièrement nombreuses à cette période. Sachez que les charges sont comprises dans le loyer ou à payer en plus. L’eau est gratuite et l’électricité reste peu chère, sauf en période de grand froid.

 

Acheter quand on le peut

Si vous ambitionnez d’acheter dès votre arrivée au Canada et que vous avez les fonds, l’idéal est de se rapprocher d’agents immobiliers, par exemple répertoriés sur le site de l’Association canadienne de l’immeuble, ou de votre réseau.

En dehors de la maison individuelle autonome, vous pouvez opter pour une maison jumelée (avec un mur mitoyen), pour un logement en condo, une maison en rangée (maison mitoyenne ayant le même aspect), mais aussi un duplex ou un triplex. Attention, ces derniers ne correspondent pas aux terminologies françaises puisqu’il s’agit de bâtiments comprenant plusieurs unités d’habitation indépendantes. Une opportunité pour louer certaines d’entre elles et en tirer un revenu complémentaire.

Si vous devez emprunter, la situation peut se corser. Vous devrez bâtir un historique de crédit, car les banques canadiennes se baseront dessus pour déterminer si elles vous accorderont un prêt ou non. Obtenir un prêt en tant que résident temporaire est plus délicat. Il est néanmoins possible de bénéficier de certaines aides financières lors de l’achat. Sachez que le prix au mètre carré dépend des villes et il a beaucoup évolué durant la pandémie. Le prix moyen d’une maison dans la métropole canadienne en mai était de 1 025 200 dollars (701 000 euros) selon le site spécialisé Wowa.

Selon Sophie Lucas, « que ce soit pour une location ou un achat, nous accompagnons nos clients dans l’ensemble de leurs démarches d’expatriation et travaillons avec des partenaires locaux d’excellence qui permettent à chaque nouvel arrivant de trouver le logement qui correspond au mieux à ses attentes et ses envies ».

Vous avez besoin d’un accompagnement ou besoin de conseils ? Vous pouvez contacter Sophie Lucas, Directrice Général AGS France : sophie.lucas@agsfrance.com

 

Contact